dans

180 ch : la nouvelle Triumph Speed Triple 1200 RS crache toute sa rage !

Triumph fait sensation en dévoilant son nouveau gros roaster : la Speed Triple 1200 RS. Le gain de performance est clairement au rendez-vous : la nouvelle machine affiche 30 ch de plus que la Speed Triple 1050 RS, qui officiait jusqu’ici au top de la gamme en termes de sportivité !

Après avoir fourni un premier aperçu de sa nouvelle moto il y a deux semaines, Triumph a présenté sa dernière création aujourd’hui : la Speed Triple 1200 RS. Elle représente la dernière génération de Speed Triple, après les Speed Triple 1050 S et RS sorties il y a trois ans, en 2018.

L’objectif de la marque anglaise est d’offrir aux amateurs de gros roadsters sportifs la meilleure Speed Triple jamais conçue, dans tous les domaines.

Look : évolutions fines

Filiation familiale oblige, le style de la dernière représentante de la lignée Speed Triple évolue, mais de manière fine afin de conserver l’esprit et l’héritage. Plusieurs éléments ont été revisités, notamment l’optique intégrant la nouvelle signature pour les feux de jour, le saute-vent qui a disparu (mais qui reste disponible en option), l’éclairage 100% LED, la boucle arrière plus compacte, le sabot moteur.

Cela dit, un changement visuel est significatif : le silencieux est désormais en position basse et il y a une seule sortie d’échappement, à droite. Au revoir le double silencieux sous la selle ! Dans la famille Speed Triple, la dernière fois qu’un modèle affichait un modèle avec un silencieux latéral, c’était la Speed Triple 955i, commercialisée de 1999 à 2004. Certains fans des dernières générations de Speed Triple risquent d’avoir un choc !

Avec ces modifications sur le nouveau modèle, les lignes sont un peu plus « tendues » et le rendu général plus agressif.

Mention spéciale pour le garde-boue avant en fibre de carbone, qui apporte une touche supplémentaire de charme !

Voici ci-dessous la nouvelle Speed Triple, et la précédente génération : on reconnaît bien le « style Speed Triple » au premier coup d’œil et on remarque les évolutions amenant un look un peu plus acéré.

Voici la Speed Triple 1200 RS 2021…
… et voilà celle qui la précède, la Speed Triple 1050 RS (2018-2020).

Petit souvenir. En termes de look, les choses ont pas mal changé depuis la première Speed Triple : en même temps, c’était il y a 27 ans !

Triumph Speed Triple 900 : la première de la famille, en 1994 !

Moteur : plus, beaucoup plus

Lors du teasing à propos de cette nouvelle Speed Triple 1200 RS, on se demandait quel serait le gain de performance. La réponse courte ? Beaucoup. Continuez la lecture pour plus de détails !

Le nouveau moteur, qui passe à la norme anti-pollution Euro5, reste bien sûr un trois cylindres en ligne mais atteint une cylindrée de 1160cc : le gain est de 110cc.

Est-ce que vous êtes prêts à dompter la nouvelle Triumph Speed Triple 1200 RS ?

Ce bloc délivre une puissance de 180 ch à 10 750 tr/min, contre 150 ch à 10 500 tr/min auparavant. Oui, vous avez bien lu : une grosse augmentation de 30 ch ! Sur le ring des gros roadsters sportifs, la nouvelle Triumph devient donc aussi puissante que la KTM 1290 Super Duke R et plus puissante que la nouvelle Aprilia Tuono V4, avec ses 175 ch !

Le couple est également en hausse : il est désormais de 125 Nm à 9000 tr/min, contre 117 Nm à 7 150 tr/min sur les modèles Speed Triple 1050, ce qui représente une hausse de 8 Nm.

Comme vous pourrez le voir sur les graphiques ci-dessous, la Speed Triple 1200 RS affiche des performances identiques à l’ancienne génération jusqu’à 6500 tr/min. Passé ce cap, le nouveau roadster marque une nette différence, à la fois en termes de puissance et de couple.

Courbes de puissance : Speed Triple 1200 RS (courbe noire) vs Speed Triple 1050 RS (courbe grise)
Courbes de couple : Speed Triple 1200 RS (courbe noire) vs Speed Triple 1050 RS (courbe grise)


Le régime maximal du nouveau bloc est plus élevé : si la zone rouge était à 10 500 tr/min, elle se situe maintenant à 11 150 tr/min, soit 650 tr/min plus haut.

Triumph a beaucoup travaillé sur le cœur de son nouveau roadster avec de nombreuses nouvelles pièces : embrayage, boîte de vitesses (accompagnée d’un nouveau shifter fonctionnant à la montée et la descente des rapports), système d’allumage, système de refroidissement.

Au final, le nouveau moteur est plus compact que sur l’ancienne génération, et il est également plus léger… de 7 kg !

Partie-cycle : dotation raffinée

La Speed Triple 1200 RS est construite autour d’un cadre en aluminium plus léger, avec une répartition du poids modifiée, plus en avant et plus bas, pour favoriser la maniabilité et l’agilité du roadster. Le bras oscillant est également en alu.

La marque anglais a également modifié la position de pilotage. À travers un guidon plus large, un réservoir plus étroit, une selle redessinée et des repose-pieds déplacés vers l’intérieur, la position se veut encore plus dans l’esprit roadster, avec un pilote qui fait plus corps avec la machine. Dans l’opération, la hauteur de selle augmente légèrement (830 mm au lieu de 825 mm) et la garde au sol également.

Pour amortir la bête, Triumph n’a pas lésiné sur la qualité : on est sur des suspensions entièrement réglages à l’avant et à l’arrière, en provenance du célèbre fabricant suédois. La fourche est une Öhlins NIX30 de 120 mm de débattement et l’amortisseur est un Öhlins TTX36, affichant également 120 mm de course.

Du côté du freinage, la Speed Triple 1200 RS s’équipe également chez l’un des plus grands : les nouveaux disques avant de 320 mm et plus légers sont mordus par des Brembo Stylema, des étriers monobloc à quatre pistons et montage radial, et sont aidés par un levier de frein Brembo MCS réglable. À l’arrière, le disque de 220 mm est également équipé en Brembo, avec un étrier à double piston.

Enfin, pour faire le contact avec le sol, Triumph a choisi des pneus haut de gamme pour son nouveau roadster, montés sur des nouvelles roues en aluminium plus légères qu’auparavant : les Metzeler Racetec RR. Dans la gamme racing du manufacturier allemand, il s’agit des gommes les plus performantes homologuées pour une utilisation routière. Pour vous donner une idée, ce sont les pneus utilisés par les pilotes Metzeler au Tourist Trophy (si jamais l’Île de Man vous tente !). Pour les pistards, la monte de pneus Pirelli Diablo Supercorsa SC2 est possible en option.

Équipements : tapis rouge pour la tech

La nouvelle Triumph Speed Triple 1200 RS intègre un nouvel écran TFT 5 pouces, avec configuration personnalisable et deux thèmes différents. Vous n’aurez pas fini de jouer avec cette nouvelle instrumentation !

Pour l’agrément de pilotage sur cette machine, vous pourrez compter sur le régulateur de vitesse et sur les 5 modes de conduite disponibles (Road, Sport, Rain, Track, Rider), avec un mode piste (Track) qui a été revu pour être le plus discret possible.

Dans une approche de la moto connectée, le roadster intègre le système My Triumph Connectivity de série, vous permettant un GPS avec navigation virage par virage dans l’app My Triumph, mais également de contrôler votre téléphone et même votre caméra GoPro !

Une centrale inertielle à 6 axes gère le fonctionnement de nombreuses assistances électroniques comme l’anti-wheeling, le contrôle de motricité en ligne droite et en virage, et également l’ABS en ligne droite et en virage. Et oui, il faut bien contrôler puis arrêter la machine quand vous essorez trop la poignée et que la cavalerie (180 ch pour rappel) débarque et répond !

On termine avec les « petit plus » qui vont bien :

  • au guidon, les commodos sont rétro-éclairés pour plus de lisibilité.
  • la batterie de la moto est au lithium pour plus de légèreté.
  • Le système sans clé, qui fonctionne pour démarrer la moto, fonctionne également pour le bouchon de réservoir de carburant (pour la première fois chez Triumph).

Et pour finir…

Qui n’aime pas le chant, si caractéristique, des Triumph Speed Triple ? Cette dernière génération, avec un nouveau système d’admission et d’échappement, possède une signature sonore encore plus marquée.

Triumph annonce un poids de 198 kg tous pleins faits, soit 10 kg de gagnés sur la balance par rapport à la Speed Triple 1050 RS. En dynamique, c’est énorme !

La contenance du réservoir n’a pas changé : 15,5 litres. En revanche, d’après les chiffres communiqués par Triumph, la consommation est un peu en hausse, et donc l’autonomie en baisse : avec 5,6 l/100 km (5,2 auparavant), l’autonomie est d’environ 275 km (contre environ 300 km précédemment).

Deux coloris seront disponibles pour cette nouvelle Speed Triple 1200 RS :

  • Sapphire Black, avec des détails rouge et argent ;
  • Matt Silver Ice, avec des détails noir, argent et jaune.  
Coloris Sapphire Black
Coloris Matt Silver Ice

Le tarif du nouveau bébé Triumph est fixé à 17 500 €, soit une augmentation de 1250 € par rapport à la Speed Triple 1050 RS (16 250 €) . Cela représente également 3450 € de plus que la Speed Triple 1050 S (14 050 €). Le nouveau roadster sera disponible en concession au mois de mars.

Pour tous les détails sur cette nouvelle Speed Triple 1200 RS, rendez-vous sur le site de Triumph France.


On marque des points ?

Laisser un commentaire

Rédigé par Nicolas Bassand

Plus de 15 ans à moto sur la route et (bien) plus de 15 tours en tête... à tête avec sa R1 sur circuit. A part ça, Nicolas s'occupe des réseaux sociaux du magazine Sport-Bikes depuis 2018. Ses passions inaltérables pour la moto et l'écriture lui ont donné l'envie de s'investir à fond dans l'aventure MOTTO !

Johann Zarco en test à Jerez : la vidéo

Le GP de France à travers la France : l’Experience Fan Zone !