dans

Et si des tear-offs avaient provoqué l’abandon des deux Pramac Racing ?

On le sait, le MotoGP se joue sur des détails. Et il y a parfois des détails atypiques qui bouleversent un scénario : le GP d’Emilie-Romagne laissera un goût amer aux pilotes Pramac Racing. Il est en effet possible que de simples films en plastique de quelques centimètres carrés aient entraîné à la fois l’abandon de Jack Miller et la chute de Francesco Bagnaia !

Cas #1 : Jack Miller

Alors qu’il s’était qualifié à la deuxième place sur la grille et avait pris un bon départ dans le groupe de tête, Jack Miller s’est rapidement mis à chuter au classement et a abandonné le GP en rentrant aux stands au quart de course. La raison ? Sa Ducati ne fonctionnait plus correctement après…avoir avalé une protection de visière de Fabio Quartararo ! Généralement appelés tear-offs, ce sont les fines pellicules de plastique accrochées sur les visières et que les pilotes arrachent pour retrouver rapidement un écran propre, avant la course (souvent après le tour de chauffe, juste avant le départ) ou pendant.

Après l’inspection de la moto par ses mécaniciens pour trouver l’origine du problème, le pilote australien a utilisé son compte Instagram pour expliquer la situation : Malheureusement, dans le deuxième tour, ma moto a trouvé le moyen d’aspirer un tear-off qui a recouvert le filtre à air et m’a forcé à abandonner. La course est parfois cruelle !

Dans sa publication, Miller a même exposé la fameuse pièce à conviction, le tear-off portant le N°20 de Quartararo et aspiré par sa moto. Jamais le dernier pour plaisanter, il en a profité pour faire un peu d’humour dans une story en affichant également le tear-off et en indiquant : Fabio, j’ai trouvé quelque chose qui t’appartient !

Story Instagram de Jack Miller (@jackmilleraus)

Vous pouvez retrouver le moment où la Ducati de Jack Miller avale le tear-off dans cette vidéo publiée par MotoGP, dont voici les captures d’écran ci-dessous : l’objet brillant sur la piste est le fameux tear-off !

GP d’Emilie-Romagne 2020, © MotoGP / Dorna Sports
GP d’Emilie-Romagne 2020, © MotoGP / Dorna Sports

Cas #2 : Francesco Bagnaia

Le coéquipier de Miller a peut-être eu —lui aussi— un problème avec un tear-off, mais dans d’autres circonstances encore plus frustrantes : à 7 tours de la fin du GP, alors qu’il menait brillamment la course en maintenant l’écart avec son poursuivant Maverick Viñales, Francesco Bagnaia a chuté au virage 6 et a vu ses espoirs de première victoire en catégorie reine s’envoler !

Au micro officiel, il s’est ensuite expliqué sur cette glissade, mentionnant l’hypothèse du tear-off : Il semble que j’ai chuté à cause de quelque chose au sol, comme un tear-off ou une saleté sur la piste. Je ne sais pas. Cela a été un crash étrange car tout était comme dans le tour précédent. Ma vitesse, l’ouverture des gaz, les suspensions, l’angle : tout était pareil. On dirait donc que j’ai touché quelque chose et que j’ai chuté !

Morale de l’histoire : les tear-offs, ça peut vous mettre out…alors watch out !

On marque des points ?

Nicolas Bassand

Rédigé par Nicolas Bassand

Plus de 15 ans à moto sur la route et (bien) plus de 15 tours en tête... à tête avec sa R1 sur circuit. A part ça, Nicolas s'occupe des réseaux sociaux du magazine Sport-Bikes depuis 2018. Ses passions inaltérables pour la moto et l'écriture lui ont donné l'envie de s'investir à fond dans l'aventure MOTTO !

La newsletter motto

Objectif titre : gros plan sur Yamaha Tech Solutions

La lettre qui fait la différence : voici la BMW M 1000 RR