dans ,

La lettre qui fait la différence : voici la BMW M 1000 RR

Développée à partir de la sportive S 1000 RR, la M 1000 RR a été présentée aujourd’hui et marque un cap pour le constructeur allemand : elle est le premier modèle de moto créé par BMW Motorrad dans la gamme M. Représentant la sportivité dans sa plus pure expression de performance, la gamme M ne concernait jusque-là que les voitures chez BMW.

Pour les propriétaires de S 1000 RR qui désiraient améliorer leur moto, BMW proposait déjà un pack M en option. Cette fois-ci, la firme bavaroise propose carrément une nouvelle moto : en partant de la S 1000 RR comme base, BMW s’est inspiré de ses technologies utilisées en Championnat du Monde Superbike pour les adapter sur une machine de route et lui donner le logo M qu’elle mérite. Pour cette M 1000 RR, l’objectif de BMW est donc clair : offrir une moto échappée des circuits mais homologuée pour un usage routier !

Avec tout le travail effectué au niveau du moteur, la M 1000 RR se veut plus performante que la S 1000 RR. La M 1000 RR développe 212 ch à 14 5000 tr/min, contre 207 ch à 13 500 tr/min pour la S 1000 RR, soit 5 ch supplémentaires, atteints 1000 tours plus tard. En revanche, le couple ne change pas d’une version à l’autre : comme la S, la M affiche un couple de 113 Nm (11,5 mkg) à 11 000 tr/min.

Niveau poids, il y a une amélioration : la M 1000 RR pèse 170 kg à sec et 192 kg tous pleins faits alors que la S 1000 RR affiche 175 kg à sec et 197 kg tous pleins faits. Il y a donc 5 kilos de perdus sur la balance.

Hormis le boulot dans les entrailles, la M 1000 RR se dote, au niveau de ce qui est visible, de freins M et roues M en carbone. C’est la première fois que l’on retrouve ces équipements de série chez BMW. La machine est également pourvue d’ailettes M en fibre de carbone pour limiter le cabrage de la moto et d’une bulle haute.

Si tout cela ne vous suffit pas, vous pouvez encore améliorer cette bête avec le pack « M Compétition » comprenant des composants racing comme un bras oscillant anodisé argent plus léger, la chaîne M Endurance sans entretien et le logiciel M GPS Laptrigger pour enregistrer ses chronos. Le pack incorpore aussi un capot de selle passager, utilise si vous aviez installé la selle passager et les repose-pieds passagers (tous deux en option sur cette machine exclusive). Ce pack M Compétition inclut également le pack « M Billet » comprenant des leviers et repose-pieds pilote taillés dans la masse et des protections de frein avant et de moteur, ainsi que le pack « M Carbone » comprenant les divers protections en carbone (roues, réservoir, etc) qui vont bien.

A gauche sur la photo, la M 1000 RR ne renie pas ses origines racing : elle pose à côté de la S 1000 RR #66 de WorldSBK, pilotée par Tom Sykes dans le championnat.

En bref, avec ou sans options supplémentaires, cette M 1000 RR est prête à vous transformer en chasseur de chrono (même si l’on n’osera pas répéter que c’est le pilote qui fait en grande partie la différence sur circuit…). Cela tombe bien car cette nouvelle machine a déjà prouvé son potentiel lors de sa phase de développement : au guidon de la M 1000 RR simplement équipée de pneus slicks, le pilote BMW d’Endurance Markus Reiterberger était seulement à environ 2 s des chronos de Tom Sykes et 1,5 s de ceux de Eugene Laverty lorsque les pilotes de Superbike Mondial roulaient, eux, sur leurs S 1000 RR de WorldSBK, qui ont environ 15 ch de plus et 15 kg de moins que la M 1000 RR.

Ça y est, vous êtes chaud et dans les starting blocks, ready pour la M 1000 RR ? Alors asseyez-vous et préparez votre chéquier car la M 1000 RR devrait être disponible à partir de mars-avril 2021 à partir de 33 270 €, soit 14 070 € de plus que la S 1000 RR, au prix de base de 19 200 €. Et oui, l’exclusivité a toujours un prix.

On marque des points ?

Nicolas Bassand

Rédigé par Nicolas Bassand

Plus de 15 ans à moto sur la route et (bien) plus de 15 tours en tête... à tête avec sa R1 sur circuit. A part ça, Nicolas s'occupe des réseaux sociaux du magazine Sport-Bikes depuis 2018. Ses passions inaltérables pour la moto et l'écriture lui ont donné l'envie de s'investir à fond dans l'aventure MOTTO !

La newsletter motto

Et si des tear-offs avaient provoqué l’abandon des deux Pramac Racing ?

Crutchlow blessé à la cheville