dans

Saison 2021 et futur en catégorie Superbike : Guyot s’exprime sur le GMT94

Interrogé au micro officiel du WorldSBK, Christophe Guyot, le patron du GMT94, s’est exprimé sur la saison 2021 avec son nouveau duo de pilotes et concernant les perspectives d’évolution vers la catégorie Superbike.

Le fondateur et team manager de l’équipe GMT94 s’est exprimé au micro officiel du championnat du monde Superbike. Christophe Guyot a surtout évoqué le présent, c’est-à-dire la saison 2021, et un peu le futur, à savoir un avenir espéré en catégorie reine du championnat.

Les préparatifs pour 2021

Les grands événements étant impactés par la crise sanitaire, le début de la saison a lieu plus tard que les années précédentes, et directement en Europe. Malgré l’attente, Christophe Guyot évoque l’avantage que cela représente en termes de préparation :

« Honnêtement, c’est beaucoup plus facile que les années précédentes, parce que la saison démarre plus tard. On est beaucoup moins dans le stress. C’est un avantage. D’habitude on est déjà vraiment « sur le pont » dès janvier : il faut préparer les premiers essais, souvent en Espagne, puis charger pour l’Australie qui arrive en février. Bien sûr, c’est plus sympa quand on court et c’est très excitant de démarrer la saison en Australie. Mais à toute situation, on peut trouver un avantage : la situation actuelle fait qu’on peut mieux se préparer, en termes d’infrastructure, pour les motos et pour les courses à venir. Nous serons donc vraiment prêts quand ça va démarrer. Ça serait difficile de ne pas l’être ! »

Federico Caricasulo et Jules Cluzel : le duo de pilotes 2021

Pour cette saison 2021, Federico Caricasulo fait son arrivée dans l’équipe à la place de Corentino Perolari. Jules Cluzel va donc partager le box avec le vice-champion WorldSSP 2019. D’après Christophe Guyot, les deux pilotes sont contents de cette collaboration à venir :

« Jules Cluzel est sincèrement ravi de voir l’arrivée de Federico Caricasulo car son nouveau coéquipier peut lui apporter beaucoup à travers son expérience et son feeling de la Yamaha R6. En même temps, Federico Caricasulo préfère être chez nous pour essayer de gagner. Il est très motivé d’intégrer l’équipe et de porter le numéro 94. Il a ainsi le sentiment d’entrer dans la famille : c’est pour ça qu’il voulait porter ce numéro. Chacun des deux pilotes trouve son avantage. »

La Yamaha R6 n°94 de Federico Caricasulo pour la saison 2021

Le boss du GMT94 s’est également exprimé sur le fait qu’une concurrence entre les deux pilotes représente quelque chose de normal :

« L’objectif de Federico, c’est de gagner des courses, c’est aussi d’être champion du monde ! Je sais que c’est aussi l’objectif de Jules. Mais ce n’est pas un handicap. Je crois que quand on a l’ambition de vouloir réunir une équipe de haut niveau, il faut aussi s’attendre à confronter deux pilotes qui auront les mêmes objectifs. Entre eux, j’espère que la situation au championnat ne sera pas facile ! Celait signifierait que nous avons un duo de pilotes au top niveau. »

Jules Cluzel, blessé et guéri

Percuté par Raffaele de Rosa alors qu’il menait la course, Jules Cluzel a subi une fracture du tibia et du péroné à la jambe gauche en septembre 2020. Le pilote français est maintenant guéri, comme l’explique son patron :

« J’ai beaucoup échangé avec Jules : ça va très bien. Il était quand même revenu à Estoril à la finale 2020, mais ce n’était pas parfait : non pas qu’il n’était pas bien, mais il avait peur de tomber. Il pouvait rouler, mais il ne fallait pas chuter. Maintenant, tout est réglé, et Jules s’entraîne beaucoup, à la fois à moto et à vélo. La blessure est derrière nous. »

Même si cette chute fait partie du passé, Christophe Guyot précise l’impact qu’elle a pu avoir sur Jules Cluzel :

« Ça n’a pas été facile pour lui d’oublier. Sa blessure est arrivée dans une grosse phase de progression. Avant la chute, il se battait pour reprendre du terrain sur Andrea Locatelli au championnat, et il menait la course. Cela a probablement été le plus gros coup dur de la saison 2020 car : cette chute a représenté la perte de l’opportunité d’une victoire à la fin de la saison. »

Il poursuit en évoquant son lien fort avec son pilote :

« On s’appelle souvent. Quand il était blessé, et quand il ne l’est pas. On aime beaucoup s’appeler et on s’entend bien. Il n’y a pas qu’une relation entre pilote et manager. C’est aussi des relations humaines. On partage beaucoup de choses. Y compris sur la vie en général, sur ce qui se passe, sur le Covid, sur nos vies en particulier et nos familles. »

Un futur en catégorie Superbike ?

C’est notre cible, c’est notre but, c’est notre rêve.

Christophe Guyot

Pour terminer, Christophe Guyot revient sur ce qui a motivé son retour dans le paddock du championnat du monde Superbike il y a quelques années, et évoque une perspective intéressante :

« Il est clair que nous sommes arrivés en Mondial Supersport avec un objectif en tête, qui est d’aller en championnat du monde Superbike. C’est notre cible, c’est notre but, c’est notre rêve. On s’y dirige. Mais je ne peux pas décider moi-même. J’ai contacté Gregorio Lavilla à Dorna Sports [le directeur exécutif du WorldSBK]. C’est la personne en charge pour décider de la venue des teams. On a fait la demande pour accéder au Superbike. Il le savait déjà. Quand il m’a vu arriver en Supersport, il s’est bien douté qu’un jour ou l’autre, je l’appellerai pour lui demander la possibilité de rentrer en Superbike. Maintenant, la décision n’est plus entre mes mains. »


On marque des points ?

Laisser un commentaire

Nicolas Bassand

Rédigé par Nicolas Bassand

Plus de 15 ans à moto sur la route et (bien) plus de 15 tours en tête... à tête avec sa R1 sur circuit. A part ça, Nicolas s'occupe des réseaux sociaux du magazine Sport-Bikes depuis 2018. Ses passions inaltérables pour la moto et l'écriture lui ont donné l'envie de s'investir à fond dans l'aventure MOTTO !

10 modèles d’ici 2024 : Buell fait son retour

Nouvelle KTM 1290 Super Adventure R : jusqu’au bout du monde ou de vous-même ?