dans

La victoire pour Morbidelli, le sacre pour Mir !

GP de Valence – Circuit Ricardo Tormo – Course

Le suspense ne va pas durer longtemps pour Fabio Quartararo : dès le deuxième virage, ses ultimes chances de titre s’évaporent dans un freinage trop optimiste. Contraint d’élargir pour éviter Maverick Vinales, le Français reprend la piste en dernière position.

Fabio va ensuite attaquer pour remonter, revenir dans les points, commettre une nouvelle petite erreur, attaquer à nouveau, puis chuter dans le neuvième tour, en perdant l’avant dans le virage n°6. 

Une conclusion cruelle à une campagne merveilleusement bien débutée, gâchée depuis le GP de France par une succession de résultats loin de ses attentes et exigences. 

À l’opposée, son coéquipier Franco Morbidelli réussit un week-end parfait : parti en pole position, l’Italien va mener la totalité de la course, de la tête et des épaules… avant d’être rejoint et attaqué par Jack Miller dans le dernier tour.

Morbidelli vs Miller : une bagarre comme on aime en voir dans le dernier tour d’un GP !

« C’était une belle course, lance Franky, armé de son flegme typique, dans le parc fermé. Je savais que Jack allait revenir. Dans le dernier tour, il est arrivé et je me suis dit : Ok, je vais tout donner pour gagner.« 

A suivi une bataille très propre, très sportive.

Franco Morbidelli

« Nous nous sommes beaucoup doublés, je ne sais pas combien de fois, mais j’ai finalement réussi à m’imposer et je suis impressionné par cette course. Bravo à l’équipe et à Jack. »

La déception de voir le titre s’échapper définitivement, dans ces conditions, s’avère moins douloureuse pour l’Italien, qui n’a rien à regretter. Car, oui, c’est fait : Joan Mir, au terme d’une course prudente, démarrée au 10e rang et conclue au 7e au gré des chutes devant lui, est sacré champion du monde 2020 ! 

© MotoGP

Un titre mérité, certes loin de la flamboyance à laquelle nous a habitué un Marc Marquez, mais conquis avec intelligence, sans brûler les étapes, et avec une vitesse qui, selon nous et son chef d’équipe Frankie Carchedi, ne fait que commencer à se révéler (lire le dernier numéro de Sport-Bikes, en pages 46/47).

Le tout sur une GSX-RR devenue excellente, en grande partie grâce au travail de développement mené en coulisses par le test team Suzuki et Sylvain Guintoli.

20 ans après le titre de Kenny Roberts Jr, 27 après celui de Kevin Schwantz et… 100 ans après sa création, Suzuki célèbre enfin un titre pilote en catégorie reine, le premier depuis l’avénement du MotoGP ! 

Pol Espargaro, comme le week-end dernier, monte sur la 3e marche du podium. Le pilote KTM Factory précède l’autre Suzuki d’Alex Rins, son coéquipier Brad Binder et la KTM Tech 3 de Miguel Oliveira. Andrea Dovizioso, Aleix Espargaro et Maverick Vinales complètent le top 10 derrière Mir. 

Johann Zarco termine ce week-end plutôt prometteur avec un goût amer en bouche : il vient de couvrir les cinq premiers tours à la sixième place quand il perd l’avant de sa GP19 à l’attaque du virage n°1.

Même punition pour Takaaki Nakagami : dans le 19e des 27 tours de course, le Japonais, déterminé à arracher enfin son premier podium MotoGP, attaque Pol Espargaro dans le long virage n°13 pour le gain de la 3e place. Le pilote LCR Honda passe mais aborde le freinage suivant avec trop de vitesse et part à la faute, manquant de peu d’emmener la KTM n°44 avec lui…

Rendez-vous à Portimao le week-end prochain pour la finale de cette drôle de saison : si les enjeux y seront moindres, observer les MotoGP surfer ce tracé tout en dénivelé s’annonce pour le moins intéressant… Et les pilotes devraient y faire le plein de sensations fortes avant la trêve hivernale !

🏁 Résultats course MotoGP 🏁

On marque des points ?

Laisser un commentaire

Tommy Marin

Rédigé par Tommy Marin

Depuis 2003, Sport-Bikes Magazine constitue le fil rouge de sa carrière professionnelle. Après avoir mené différentes activités professionnelles, toujours dans le monde de la moto et des loisirs mécaniques, Tommy est devenu rédacteur en chef de ce magazine de référence sur le sport moto depuis 2012, avant d'en passer éditeur en 2019, puis de créer MOTTO en 2020. Entre deux shootings photo, essais, interviews, créations graphiques, montages vidéo etc., il couvre le championnat du monde MotoGP, fait du vélo, de la batterie... et de la moto, évidemment !

La newsletter motto

Martin s’impose, Bastianini prend une option sur le titre

Lorenzo Fellon en Moto3 : trop tôt ?