dans

Le champion Moto3 fait la revue de sa saison 2020

Albert Arenas a été titré champion du monde Moto3 2020. Celui qui passe du Moto3 au Moto2 en 2021 dans la même structure Aspar Team est revenu sur la saison de son sacre en partageant, auprès de son équipe ses souvenirs et apprentissages course par course.

GP du Qatar (vainqueur) : « C’était une énorme dose d’adrénaline. Quand j’ai franchi la ligne d’arrivée, je me suis souvenu de toutes les heures d’entraînement, de tous les efforts de l’année précédente, et j’ai eu le sentiment que nous étions vraiment les plus forts. »

GP d’Espagne (vainqueur) : « C’est la confirmation de notre niveau. Je gagne une course à domicile pour la première fois, c’est un sentiment particulier qui signifie aussi être leader du classement plus longtemps. »

GP d’Andalousie (abandon) : « Un pilote doit apprendre à penser et se comporter comme un champion. Il y a des moments où tu ne peux pas le faire, tu dois le comprendre et t’adapter. Quand tu t’y attends le moins, le pire peut arriver. »

GP de République tchèque (2e) : « Une de mes meilleures courses. C’était un grand accomplissement personnel : après avoir passé plus de 36 heures à faire de la physiothérapie à la suite de la blessure de Jerez, pouvoir presque atteindre la victoire était incroyable. »

GP d’Autriche (vainqueur) : « Ma meilleure course, mes meilleures sensations. »

Albert Arenas sur le podium du GP d’Autriche 2020

GP de Styrie (5e) : « Nous ne savions pas ce que c’était de terminer en dehors du podium cette année. Nous continuons à apprendre. »

GP de Saint-Marin (abandon) : « Je commence à ressentir la pression et je dois apprendre à la gérer si je veux dominer le championnat du monde. »

GP d’Émilie-Romagne (4e) : « Je commence à me sentir bien en position de leader, à la fois dans la course et dans le championnat du monde, et je commence à apprécier de savoir ce que je peux accomplir. Ce week-end-là, j’ai pu revenir en force après la mauvaise fin de la course précédente. »

GP de Catalogne (abandon) : « Une énorme déception. Un pilote avec qui je me bats pour le championnat du monde me sort et ne me laisse aucune option. Nous perdons la tête. Cela ne m’inquiète pas du tout, et c’est ce qui me permet de me sentir bien. »

GP de France (3e) : « Le Mans est un circuit qui me rappelle de bons souvenirs. Nous retrouvons la tête du championnat, nous montrons que si quelqu’un veut la couronne, il devra se battre, car c’est nous qui tenons les commandes. »

GP d’Aragon (7e) : « Une course de plus. Une course dans laquelle nous prenons des points, mais la victoire et le podium nous échappent parce que nous pensons peut-être à ne pas trop prendre trop de risques. C’était une course rare. Nous continuons à travailler, sans relâche, pour le titre, mais aussi en vue du GP de Teruel. »

GP de Teruel (4e) : « C’était l’une de mes meilleures courses, où je me suis senti plus fort. Le résultat n’avait pas d’importance, je voulais prendre du plaisir à rouler et à mener. J’ai quitté le Motorland en voulant me battre à nouveau dans les derniers tours pour la victoire. Je voulais prendre ma revanche dans le dernier tour. »

GP d’Europe (abandon) : « Un pilote qui commence la course en étant très nerveux, qui n’a pas d’objectif clair au championnat, me tape par derrière dans un incident au cours duquel l’un de mes plus grands rivaux tombe. Je ressens beaucoup d’impuissance, beaucoup de colère, parce que nous avions à nouveau construit une avance importante dans le championnat et elle disparaît. Ils nous enlèvent les possibilités d’augmenter notre avantage et de pouvoir nous battre sur la piste avec nos rivaux. »

GP de Valence (4e) : « C’est le retour, pour montrer à nouveau que nous dominons en Moto3, pour montrer à tout le monde qui dirige. »

GP du Portugal (12e) : « C’était un nouveau circuit pour tout le monde, un circuit que j’ai vraiment apprécié. Tout arrive pour une raison. Nous sommes champions du monde. »


🔎 Retrouvez les statistiques de la saison 2020 d’Albert Arenas dans l’article « Les chiffres des champions ».

🔥 Dès le lendemain de la finale de la saison 2020 à Portimao, Albert Arenas a testé, sur le même circuit, la machine Moto2 qu’il pilotera en 2021 dans la structure Aspar Team.

On marque des points ?

Laisser un commentaire

Nicolas Bassand

Rédigé par Nicolas Bassand

Plus de 15 ans à moto sur la route et (bien) plus de 15 tours en tête... à tête avec sa R1 sur circuit. A part ça, Nicolas s'occupe des réseaux sociaux du magazine Sport-Bikes depuis 2018. Ses passions inaltérables pour la moto et l'écriture lui ont donné l'envie de s'investir à fond dans l'aventure MOTTO !

Une saison en 300 pages : le livre du Team Suzuki Ecstar pour ses fans

Pilotes de cross VS joueurs de foot : le défi Moto-ball !