dans

Lorenzo Fellon en Moto3 : trop tôt ?

Un jeune pilote français fera ses débuts en GP Moto3 l’année prochaine : Lorenzo Fellon (5e de la Red Bull Rookies Cup 2019, 11e du championnat du monde Junior Moto3 2020 avec l’équipe Monlau, managée par Emilio Alzamora), poursuit son ascension menée à pleine charge vers le sommet du sport moto.

Il pilotera en 2021 et 2022 une Honda aux couleurs de l’équipe de Paolo Simoncelli (le papa du regretté Marco), le SIC58 Squadra Corse, aux côtés (a minima l’année prochaine) de Tatsuki Suzuki.

Ce plongeon dans le grand bain pourrait sembler prématuré pour l’Avignonnais de 16 ans : pourquoi ne pas prendre le temps de confirmer en Junior avant ce passage en GP ?

Nous pouvons faire confiance à sa mère Andrea, son père Laurent, ancien mentor de Johann Zarco, mais aussi à Lorenzo lui-même, un garçon posé et travailleur, pour avoir largement retourné la question dans tous les sens avant de prendre cette décision.

S’il arrive dès 2021 en GP, c’est que Lorenzo s’y sent prêt – plus que ne le laissent imaginer ses récents résultats, prometteurs mais pas transcendants. En progressant le plus tôt possible dans l’arène principale, sur les circuits et dans l’ambiance du Mondial, il apprendra mieux que nulle par ailleurs.

Conscient d’avoir du pain sur la planche, Lorenzo pourra compter sur une équipe solide et performante et sur l’expertise de ses parents, sans lesquels Johann Zarco ne serait probablement pas en GP.

Il profitera aussi sans doute des précieux conseils de ce même Zarco, avec lequel il a partagé durant de nombreuses années sa maison familiale. Lorenzo et Johann ont en effet toujours déclaré souhaiter faire la part des choses : la séparation chaotique entre Johann et Laurent en est une, le lien quasi fraternel entre Johann et Lorenzo en est une autre.

« C’est très bon pour lui d’atteindre les Grand Prix, a ainsi déclaré Johann ce samedi. Il a déjà fait une saison dans le championnat d’Espagne qui est le plus relevé et avec les mêmes motos qu’en Grand Prix. Dans le contexte du Covid, c’est mieux d’être en Grand Prix car on peut rouler, alors que dans les championnats nationaux, on roule une fois tous les deux mois. C’est actuellement le plus rapide des Français dans toutes les catégories. »

On marque des points ?

Laisser un commentaire

Tommy Marin

Rédigé par Tommy Marin

Depuis 2003, Sport-Bikes Magazine constitue le fil rouge de sa carrière professionnelle. Après avoir mené différentes activités professionnelles, toujours dans le monde de la moto et des loisirs mécaniques, Tommy est devenu rédacteur en chef de ce magazine de référence sur le sport moto depuis 2012, avant d'en passer éditeur en 2019, puis de créer MOTTO en 2020. Entre deux shootings photo, essais, interviews, créations graphiques, montages vidéo etc., il couvre le championnat du monde MotoGP, fait du vélo, de la batterie... et de la moto, évidemment !

La newsletter motto

La victoire pour Morbidelli, le sacre pour Mir !

VTT 2-temps : montez le son ! 🔊