dans

Officiel : Brivio quitte Suzuki. Pour Renault F1 ?

Davide Brivio entre Joan Mir (le champion MotoGP 2020) et Alex Rins. © Suzuki Racing

Après huit saisons à la tête du Team Suzuki Ecstar dans le rôle de Team Manager, Davide Brivio et Suzuki ont annoncé la fin de leur collaboration.

Si la motivation de ce départ n’a pas encore été officialisée, la rumeur selon laquelle Davide Brivio devait prendre les rênes du team Renault F1 aux côtés de Fernando Alonso se confirme ainsi d’elle-même.

Une belle reconnaissance pour le travail de l’Italien, parti de rien avec le constructeur japonais pour le « mener » (entre guillemets car il n’a évidemment pas été le seul à la manœuvre) au titre suprême en 2020.

Brivio va monter les échelons avec discrétion et réussite : l’attaché de presse de l’équipe Yamaha (dans laquelle évoluait Fabrizio Pirovano) en championnat du monde Superbike 1990 en devient rapidement le coordinateur… puis le directeur, de 1995 à 2000.

En 2001, il débarque dans le paddock des GP, avec Noriyuki Haga, pour la dernière saison des GP500. La consécration arrive en 2004, quand il convainc Valentino Rossi de passer chez Yamaha en MotoGP. Les deux hommes vont remporter quatre titres avec le constructeur japonais entre 2004 et 2009, et Brivio suivra « son » pilote, en tant que consultant, lors de son passage chez Ducati.

En 2013, il reçoit un coup de fil de Suzuki, qui lui propose de participer au retour gagnant de la firme d’Hamamatsu en catégorie reine, en créant une coopération inédite entre le département course au Japon et le siège de l’équipe en Italie.

En prenant des décisions risquées (comme celle de ne recruter que de jeunes pilotes), en installant un climat familial dans « son » équipe, en créant une parfaite harmonie entre la rigueur japonaise et la créativité italienne, Brivio va contribuer à faire de Suzuki une dream-team.

Pas étonnant dès lors que la F1 s’intéresse à lui. D’autant plus quand on connait le passé de Davide sur quatre roues en tant que copilote de son frère (et aujourd’hui collaborateur) Roberto en rallye.

« Un nouveau défi professionnel et une nouvelle opportunité me sont soudainement apparus et j’ai finalement décidé de la saisir, explique Brivio dans le communiqué Suzuki. Cela a été une décision difficile à prendre. Le plus dur sera de quitter ce fabuleux groupe de personnes, avec lequel j’ai commencé ce projet lorsque Suzuki a rejoint le championnat. Et il est difficile de dire au revoir également à toutes les personnes qui sont arrivées au fil des ans pour créer cette grande équipe. Je me sens triste de ce point de vue, mais en même temps, je ressens beaucoup de motivation pour ce nouveau défi – qui s’est avéré la clé lorsque j’ai dû décider entre renouveler mon contrat avec Suzuki ou commencer une toute nouvelle expérience.

Obtenir un titre en MotoGP est quelque chose qui restera dans les livres d’histoire de Suzuki et [ce titre] conservera toujours une place spéciale dans mes souvenirs de vie. Je tiens à remercier profondément toute la direction de Suzuki pour la confiance qu’elle a placé en moi, dès le début. Je tiens à remercier chaque membre de notre groupe MotoGP au Japon et sur la piste, tout le réseau Suzuki, et bien sûr tous les pilotes qui ont roulé pour le Team pendant cette période, en particulier Joan et Alex qui ont fait une excellente saison 2020.

Voir Joan devenir champion du monde était un rêve, devenu réalité pour moi et pour toutes les personnes qui ont travaillé dur et m’ont accompagné dans ce magnifique voyage. Je souhaite le meilleur au Team Suzuki MotoGP, j’espère que ses résultats ne feront que s’améliorer et je serai toujours un fan de Suzuki. Merci beaucoup Suzuki ! »

Chez Suzuki, on accueille cette décision avec bienveillance : « Sincèrement, c’était une nouvelle choquante pour nous, admet Shinichi Sahara, le chef de projet du Team Suzuki Ecstar. J’ai l’impression que quelqu’un a pris une part de moi, car j’ai toujours discuté avec [Davide] de la manière de développer l’équipe et les motos, et nous travaillons ensemble depuis longtemps. 

En 2020, nous avons obtenu des résultats fantastiques malgré la situation inhabituelle et difficile due à [la pandémie de] Covid-19. Et 2021 sera une année encore plus importante pour nous, pour maintenir l’élan. Nous essayons maintenant de trouver le meilleur moyen de couvrir « la perte de Davide. » 

Heureusement, dans la plupart des cas, j’ai eu une façon de penser assez similaire à la sienne, donc il ne sera pas si difficile de conserver la direction que nous devons prendre en tant que Team Suzuki Ecstar, je pense. Nous lui souhaitons la meilleure des chances pour l’avenir. »

On marque des points ?

Laisser un commentaire

Rédigé par Tommy Marin

Depuis 2003, Sport-Bikes Magazine constitue le fil rouge de sa carrière professionnelle. Après avoir mené différentes activités professionnelles, toujours dans le monde de la moto et des loisirs mécaniques, Tommy est devenu rédacteur en chef de ce magazine de référence sur le sport moto depuis 2012, avant d'en passer éditeur en 2019, puis de créer MOTTO en 2020. Entre deux shootings photo, essais, interviews, créations graphiques, montages vidéo etc., il couvre le championnat du monde MotoGP, fait du vélo, de la batterie... et de la moto, évidemment !

Saison 2020 : quel est votre champion favori ?

Aprilia : place au roadster mid-size avec la Tuono 660 !