dans

Performance à la loupe : Zarco s’illustre sur piste mouillée au Mans

Même s’il n’a pas été très visible sur les caméras, Johann Zarco s’est illustré hier au GP de France avec une belle performance sur piste mouillée. En terminant en 5e position à 4.310 s du vainqueur, Zarco a passé la ligne d’arrivée en tant que meilleur pilote indépendant. On revient sur les chiffres de sa course qui traduisent sa performance du jour.

Météo et pneus

Avant de parler chiffres, faisons un point sur la météo pendant le GP et les choix de pneus pluie, car cela a eu une incidence sur les événements.

La pluie est tombée sur le circuit à 5 minutes du départ de la course, initialement prévu à 13h. Après la sortie du drapeau rouge puis une nouvelle procédure de départ rapide, le GP a été lancé une dizaine de minutes plus tard avec les machines équipées en pneus pluie. La pluie s’est arrêtée pendant une partie de la course, avant de reprendre, puis de s’arrêter à nouveau.

Concernant les choix des gommes pluie, quasiment tous les pilotes ont roulé en Medium-Soft ou Soft-Soft. Si les pilotes ont opté pour le pneu intermédiaire ou tendre à l’avant, le pneu tendre a donc été le choix largement favori pour l’arrière. Par exemple, devant Zarco au classement de la course, Danilo Petrucci et Alex Marquez (1e et 2e à l’arrivée) ont roulé en Medium-Soft et Pol Espargaro et Andrea Dovizioso (3e et 4e du GP), étaient en configuration Soft-Soft.

Zarco, lui, a pris une autre option. Il a choisi de chausser le pneu intermédiaire à l’avant mais aussi à l’arrière : il a roulé en Medium-Medium et il fut l’un des seuls. En effet, à part le Français, les seuls autres pilotes du plateau à avoir choisi un pneu Medium à l’arrière et non un Soft —et donc à rouler en Medium à la fois à l’avant et à l’arrière— furent les représentants Suzuki : Joan Mir, 11e à l’arrivée, et Alex Rins, qui s’est classé 16e.

Pour Zarco, ce choix de pneus a représenté à la fois du positif et du négatif. Le pilote français s’est expliqué au micro officiel après la course : Je suis heureux car une 5e place est une bonne chose, mais je suis en même temps un peu déçu avec le choix du pneu arrière. A l’avant, le Medium fonctionnait bien. A l’arrière, le Medium aurait été bon si la piste avait commencé à sécher un peu plus tôt. Cependant, durant la course, nous avons subi un petit retour de la pluie, et je pense que j’ai perdu beaucoup de temps avec ça. Au début de la course, avec le pneu Medium, je savais que j’allais avoir un petit rythme, mais j’étais calme. J’ai ensuite pu trouver un bon rythme, mais avec la petite pluie supplémentaire, je n’ai pas réussi à aller beaucoup plus vite. Il m’a donc manqué quelques tours pour pouvoir jouer le podium. Quoi qu’il en soit, le top 5 est une bonne chose et le week-end fut excellent.

Remontée

Parti 9e sur la grille, Zarco était 11e à la fin du premier tour. Il est descendu jusqu’à la 14e place, du 3e au 8 tour, avant de se stabiliser puis de commencer à remonter : en piste à la 10e place du 11e au 17e tour, il a ensuite repris des positions dans les 9 derniers tours, à la fois via des chutes des concurrents et de beaux dépassements, jusqu’à la 5e place à l’arrivée.

Meilleur tour

Zarco a réalisé le meilleur tour de la course en 1’43.301. C’était au 24e tour sur 26. Avec ce chrono, le Français s’est montré plus d’une demi-seconde plus rapide que la plus proche concurrence et près d’une seconde plus rapide que les trois hommes sur le podium. En effet, Joan Mir a réalisé le second meilleur temps en piste en 1’43.832, à + 0.531 s. Danilo Petrucci, Alex Marquez et Pol Espargaro —dans cet ordre sur le podium à l’arrivée— ont respectivement obtenu les 5e, 6, et 7e meilleurs chronos de la course, en 1’44.217 (+ 0.916 s), 1’44.224 (+ 0.923 s) et 1’44.240 (+ 0.939 s).

Rythme

Zarco s’est montré très rapide dans le gros dernier tiers de course et encore plus dans les 5 derniers tours. Du 17e au 21e tour, il a roulé dans les 1’44, et surtout dans la première moitié de la seconde, les « bas-1’44 ». Dans les 5 derniers tours, il a ensuite roulé quasi-exclusivement dans les 1’43 (1 tour sur 5 en 1’44.041) en restant dans les « mi-1’43 ». C’est bien simple : personne en piste n’a eu le rythme et la régularité du Français dans ces 5 derniers tours : les quatre pilotes qui ont terminé devant lui —Danilo Petrucci, Alex Marquez, Pol Espargaro et Andrea Dovizioso— ont d’ailleurs été environ entre 1 et 2 secondes plus lent au tour dans ces dernières boucles.

Grâce à son gros rythme de course dans le dernier tiers du Grand Prix, Zarco a considérablement gagné du terrain et réduit l’écart sur les pilotes en tête. L’écart entre le leader et le pilote Esponsorama Racing s’est creusé jusqu’à environ 13.5 s dans le premier tiers de course. Il s’est ensuite stabilisé aux alentours de 13 s dans le deuxième tiers de course. Dans le dernier tiers, l’écart est descendu jusqu’à 4.310 s sur la ligne d’arrivée : Zarco est remonté de près de 9 s sur la tête de course dans le dernier tiers, dont environ 4.5 s rien que dans les 5 derniers tours.

Bravo Zarco !

On marque des points ?

Laisser un commentaire

Nicolas Bassand

Rédigé par Nicolas Bassand

Plus de 15 ans à moto sur la route et (bien) plus de 15 tours en tête... à tête avec sa R1 sur circuit. A part ça, Nicolas s'occupe des réseaux sociaux du magazine Sport-Bikes depuis 2018. Ses passions inaltérables pour la moto et l'écriture lui ont donné l'envie de s'investir à fond dans l'aventure MOTTO !

La newsletter motto

Coupe du Monde MotoE 2020 : Torres au top

Retour en vidéo sur le gros week-end de Loris Baz à Magny-Cours