dans

“Viva Miller” et Bagnaia offrent le doublé à Ducati

GP d’Espagne – Jerez – Course

La victoire de ce Grand Prix d’Espagne MotoGP semblait promise à Fabio Quartararo. Jusqu’au moment où El Diablo a amorcé une longue descente aux enfers… Finalement, Jack Miller s’impose devant son coéquipier !

Jack Miller, dans le parc fermé, est ému. L’Australien vient de remporter la deuxième victoire de sa carrière en MotoGP. Sa première sur une piste sèche. 

Surtout, ce succès tant attendu arrive après des débuts difficiles dans l’équipe officielle Ducati, sur un circuit sur le papier peu favorable à la Desmosedici… et à des milliers de kilomètres des siens – notamment, de ses parents – coincés en Australie, pandémie oblige.

Miller prend le meilleur départ et plonge en tête dans le premier virage, collé par Franco Morbidelli, Pecco Bagnaia et le poleman Fabio Quartararo.

Le Français réalise un premier tour calme, avant de passer à l’attaque sur Bagnaia dans la boucle suivante. L’Italien riposte, puis se fait déborder pour de bon dans le virage n°13, la Curva Lorenzo.

Quartararo est à l’aise. Dans le troisième tour, il effectue le même dépassement sur Morbidelli, avant de le répliquer sur Miller une rotation plus tard.

Immédiatement, le pilote Yamaha prend le large : avec la piste libre devant lui, il enchaîne les meilleurs tours, battant par deux fois le record de la piste en course (détenu par Marc Marquez depuis 2019).

Au cap de la mi-course, El Diablo possède 1,3 seconde d’avance sur Miller, lui-même 2,6 secondes devant Morbidelli.

Mais dans le 15e tour, coup de théâtre : Fabio a perdu 0,7 seconde d’avance sur Jack. Encore un tour, et la Ducati #43 ne fait qu’une bouchée de la Yamaha #20. 

La descente aux enfers commence pour El Diablo : Bagnaia puis Morbidelli dans le tour 18, Takaaki Nakagami, Joan Mir puis Aleix Espargaro dans le tour 19, Maverick Vinales, Johann Zarco puis Marc Marquez dans le tour 20…

À cinq tours de l’arrivée, Quartararo tourne 3 secondes moins vite que Miller. Le Français va néanmoins rester en piste pour marquer les 2 points de la 13e place. Il nous explique ici les raisons de cette baisse de régime.

Miller, quant à lui, offre un récital. Il s’impose avec deux secondes d’avance sur son coéquipier, venu à bout d’un Morbidelli particulièrement satisfait de ce podium sur sa M1 2019 : « J’ai donné plus que le maximum, j’étais à la limite, explique, avec des mots bien découpés, l’Italien. Cette 3e place vaut presque une victoire. »

Nakagami termine 4e et meilleur pilote Honda, devant Mir, Aleix Espargaro, Vinales et Zarco, 8e

Marc Marquez, sur ce circuit exigeant sur le plan physique et après des essais marqués par deux chutes rapides, prend la 9e place au nez de son coéquipier Pol Espargaro.

Son frère Alex compte parmi les pilotes partis à la faute – dès le premier tour dans son cas. Le pilote LCR sera rejoint ensuite par Brad Binder (qui abandonne après deux chutes), Alex Rins (qui a repris la piste pour terminer 20e et dernier classé) et Enea Bastianini.

Avec sa superbe 2e place, Bagnaia prend les rênes du championnat, avec 2 points d’avance sur Quartararo, 16 sur Vinales, 17 sur Mir et 18 sur Zarco. « Viva Miller » revient à 27 points.

🏁 Résultats course MotoGP 🏁

Cliquez sur l’image pour ouvrir le document PDF

🏆 Classement provisoire du championnat du monde MotoGP 2021 🏆

Cliquez sur l’image pour ouvrir le document PDF

On marque des points ?

Laisser un commentaire

Rédigé par Tommy Marin

Depuis 2003, Sport-Bikes Magazine constitue le fil rouge de sa carrière professionnelle. Après avoir mené différentes activités professionnelles, toujours dans le monde de la moto et des loisirs mécaniques, Tommy est devenu rédacteur en chef de ce magazine de référence sur le sport moto depuis 2012, avant d'en passer éditeur en 2019, puis de créer MOTTO en 2020. Entre deux shootings photo, essais, interviews, créations graphiques, montages vidéo etc., il couvre le championnat du monde MotoGP, fait du vélo, de la batterie... et de la moto, évidemment !

Di Giannantonio, intouchable

“J’ai souffert…” : Fabio Quartararo explique sa contre-performance