dans ,

Yamaha R7 : entre circuit et route, le pari de la sportive accessible

Après les deux courtes vidéos de teasing, Yamaha révèle enfin sa nouvelle sportive : voici la Yamaha R7 !

La nouvelle Yamaha correspond bien à ce que les deux teasers vidéo (à retrouver ici et ) avaient laisser suggérer : une sportive dérivée du roadster MT-07 et reprenant le même moteur, le bloc CP2 de 689cc.

Depuis l’annonce de la disparition de la R6 à partir de 2021, il n’y a actuellement pas de sportive de moyenne cylindrée homologuée pour la route dans la gamme Yamaha. Cette nouvelle R7 vient rectifier cela, mais se présente comme un choix alternatif.
Aux côtés des modèles R1 et R1M en 1000cc et R6 RACE en 600cc (pour circuit uniquement) formant la gamme R de grosse et moyenne cylindrée chez Yamaha, la R7 vient compléter la gamme sportive du constructeur japonais en se positionnant comme une alternative moins exclusive, une machine plus accessible à un plus grand nombre de motardes et motards.

Voici la vidéo de présentation de la nouvelle moto : à travers les images et le montage, Yamaha insiste clairement sur la polyvalence, montrant que la R7 est prête à jouer la carte du sport à la fois sur circuit et sur la route.

Look : un R de famille !

Au premier coup d’œil, la R7 ressemble beaucoup à une R1 ou une R6 RACE. Lien familial oblige !

Cela dit, le phare central à LED encastré au niveau de la prise d’air risque de surprendre quelques fans. Heureusement, la face avant possède également deux feux de positions longilignes à LED, l’une des signatures esthétiques de la gamme R.

Profitant des dimensions du moteur et du cadre de type « Diamant », Yamaha a développé un carénage fin pour habiller sa moto. La R7 est fine, plus fine que la R1 et également plus fine que la R6 RACE. Fait étonnant : la R7 est même encore plus étroite que la R125, la petite sportive 125cc du constructeur !

L’objectif de Yamaha : une sportive facile à piloter

Ne vous y trompez pas. Si cette Yamaha s’appelle « R7 », on est très loin du concept de machine pointue qu’était la YZF-R7 de 1999, la sportive exclusive dérivée de la machine de Mondial Superbike R7 OW02 et commercialisée à 500 exemplaires dans le monde.

Avec cette nouvelle génération de R7, Yamaha entend proposer une machine accessible au plus grand nombre, c’est-à-dire une sportive facile à piloter. Comment le constructeur japonais s’y est-il pris ?

Le triangle guidons / selle / repose-pieds a été étudié pour offrir une position sportive mais pas extrême. De plus, une selle étroite au niveau des cuisses et plus large à l’arrière a été choisie pour permettre un maximum d’aisance dans les mouvements.

Yamaha a également travaillé pour donner au pilote la sensation de ne faire qu’un avec la moto : dans la conception de la R7, le constructeur s’est notamment attardé sur l’angle d’ouverture des demi-guidons et le positionnement des commandes reculées afin d’offrir une position de conduite au plus proche du châssis, mais également sur le design du cache-réservoir (réservoir qui embarque d’ailleurs 13 litres, soit un litre de moins que sur la MT-07) et sur l’espace important pour loger les genoux afin de donner la capacité de bien tenir la moto.

Enfin, afin d’avoir une machine maniable et notamment efficace sur les changements d’angle, Yamaha a fait des choix de géométrie vers une moto compacte : angle de chasse de 23,7 degrés, chasse au sol de 90 mm, empattement de 1395 mm. La répartition homogène du poids (51 % / 49 %) sera également un avantage de ce point de vue. Dernier point concernant la maniabilité, le poids : au niveau de la balance, la R7 reste plutôt légère puisqu’elle affiche 188 kg (4 kg de plus que le roadster MT-07).

Moteur : pas de grosse évolution par rapport à la MT-07

La Yamaha R7 reprend le bloc de la MT-07 2021, à savoir le moteur CP2 de 689cc, un bicylindre en ligne de type « crossplane » dont la séquence d’allumage asynchrone (vilebrequin calé à 270 degrés) fait l’identité. Du roadster à la sportive, les chiffres de performances n’augmentent pas : la puissance de la R7 est de 73,4 ch (54 kW) à 8 750 tr/min et le couple de 67 Nm (6,8 mkg) à 6 500 tr/min.

Sans grosse évolution moteur par rapport à la MT-07, Yamaha a toutefois apporté de légères modifications dans le but d’offrir « une réponse linéaire et rapide à l’accélération » : paramètres d’injection revus, conduits d’admission d’air optimisés, nouvelle spécification de boîtier électronique, nouvelle conception de l’échappement. En plus de cela, afin de permettre des accélérations un peu plus franches, le constructeur a opté pour un rapport de démultiplication secondaire légèrement réduit.

Preuve de la volonté de rendre la sportive accessible : tout comme le roadster MT-07, la nouvelle R7 sera disponible en version 47,5 ch (35 kW) pour les jeunes permis.

La R7 se distingue tout de même de la MT-07 sur un point intéressant : elle est la première Yamaha à moteur CP2 à adopter un embrayage antidribble assisté (A&S). Cela permet un passage de rapports plus fluide tout en empêchant le surrégime moteur et le blocage de la roue arrière lors des freinages brusques en phase de rétrogradage (concernant les changements de vitesse, la R7 propose d’ailleurs un shifter en option). Le dernier avantage de l’embrayage A&S est d’offrir une sensation de souplesse significative au niveau du levier : Yamaha annonce une souplesse d’environ 33 % supérieure à un embrayage standard.

Partie-cycle : de la qualité

Dans sa volonté d’offrir une moto utilisable sur circuit et sur route, Yamaha a misé, semble-t-il, sur une bonne qualité d’équipement pour la partie-cycle.

Le constructeur japonais a équipé la R7 d’une fourche inversée KYB (41 mm de diamètre et 130 mm de débattement) entièrement réglable, c’est-à-dire en précharge, compression et détente. À l’arrière, la machine possède un amortisseur de type Monocross à biellettes (130 mm de débattement) réglable en précharge et détente.

Le freinage est confié, à l’avant, à deux disques de 298 mm de diamètre pincés par des étriers de frein à 4 pistons à montage radial, le tout avec un maître-cylindre radial Brembo. À l’arrière, on retrouve un disque de 245 mm de diamètre.

Enfin, la R7 possède des jantes légères en alliage coulé à 10 branches, chaussées de pneus en 120/70-17 à l’avant et 180/55-17 à l’arrière (soit les mêmes dimensions que le roadster MT-07).

Patience !

La Yamaha R7 sera commercialisée dans deux coloris : le bleu « Icon Blue » et le noir « Yamaha Black ».

Yamaha R7 en coloris Icon Blue
Yamaha R7 en coloris Yamaha Black

Sur le segment des sportives mid-size, avec sa puissance d’environ 70 ch et sa volonté d’être une sportive accessible, la Yamaha R7 ne vient donc pas se positionner comme une concurrente directe de la nouvelle Aprilia RS 660 et ses 100 ch. Quoi qu’il en soit, en s’affichant comme une sportive sympa à piloter et propulsée par un moteur connu pour être agréable, la Yamaha semble offrir une proposition de valeur qui devrait séduire.

Reste à savoir le prix. Le tarif n’a pas encore été révélé. Pour l’instant, le constructeur japonais nous met seulement l’eau à la bouche en indiquant que « la R7 est un nouveau type de sportive qui offre des performances exaltantes, une maniabilité exceptionnelle et le style agressif de la série R pour un prix très compétitif ». Affaire à suivre !

Si cette nouvelle Yamaha R7 vous intéresse, vous devrez, de toute façon, faire preuve de patience : la moto ne sera disponible qu’à partir de la fin de l’année 2021 et se présente comme un modèle 2022.


On marque des points ?

Laisser un commentaire

Rédigé par Nicolas Bassand

Plus de 15 ans à moto sur la route et (bien) plus de 15 tours en tête... à tête avec sa R1 sur circuit. A part ça, Nicolas s'occupe des réseaux sociaux du magazine Sport-Bikes depuis 2018. Ses passions inaltérables pour la moto et l'écriture lui ont donné l'envie de s'investir à fond dans l'aventure MOTTO !

Le GP de France en slow motion ⏯️

La Sunday Ride Classic maintenue ce week-end malgré le huis clos